• White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon
  • White YouTube Icon

© 2019 by MACLEOD -PRODUCTION - Quality - Project - Management 

7 manières infaillibles de rater votre vie



Vouloir réussir sa vie, c’est bien, mais c’est compliqué. Alors parfois, sans y prendre garde, c’est la voie de l’échec que l’on suit… Heureusement, il n’est pas trop tard pour réagir et adopter les bonnes pensées !


Le chemin vers le bonheur est long et laborieux, et parfois, on ne se rend même plus compte que l’on malmène nos tentatives de réussir dans la vie, en empruntant des voies un peu plus hasardeuses et bien moins fructueuses. Il existe même des techniques infaillibles pour rater sa vie dans les règles de l’art. En voici quelques unes… et leur alternative positive !






–  1. Vous oubliez la persévérance


S’il vous arrive de vouloir baisser les bras à la rencontre d’un obstacle, sachez que c’est le meilleur moyen de ne jamais arriver à vos fins et ainsi de gâcher une opportunité qui pourrait vous rendre heureux. En effet, si vous rencontrez une difficulté et que vous laissez tomber aussitôt, vous réduisez à néant toute chance d’atteindre un jour vos objectifs.

La bonne pensée à avoir : Rien n’est jamais facile ou gratuit, les embûches font partie du voyage vers la réussite et l’accomplissement de nos vies !


–  2. Vous êtes comme un livre ouvert


Parler ouvertement, déverser tout ce que vous avez dans le cœur, sans filtre. Voici une autre façon de vous créer instantanément des ennemis et de réduire votre cercle relationnel. Si vous ne cachez rien à personne,  et que vous dites à chacun ce que vous pensez tout haut sans faire preuve d’un soupçon de diplomatie et de tact, vous pouvez être certain que cela ne sera pas apprécié.

La bonne pensée à avoir : Sous couvert d’honnêteté, ce que vous pensez peut-être être une vertu peut en effet s’avérer au contraire être un excellent moyen de se gâcher la vie, et celle des autres.


–  3. Vous ne vous remettez jamais en question


La culpabilité n’est-elle pas un sentiment fort désagréable ? Pourquoi alors s’infliger cela en se remettant en question ? Si, lorsqu’il vous arrive d’échouer dans quelque chose, vous n’envisagez pas un instant que cela puisse exclusivement être de votre fait, il est évident que vous éviterez de culpabiliser. Penser que ce n’est pas de votre faute, ne pas assumer vos erreurs : encore un moyen infaillible de persévérer dans l’échec.

La bonne pensée à avoir : Réfléchir à vos actions et paroles pourrait bien au contraire vous faire prendre conscience de certaines failles et vous faire apprendre de vos erreurs… un moyen de ne plus les reproduire et d’aller vers le bonheur !


–  4. Vous favorisez les commérages


Autour d’un café entre amies, on ne compte pas les nouvelles informations sur l’une ou l’autre qui sont échangées. Parfois, ces informations ne sont ni fondées, ni vérifiées. Excellent moyen de se mettre des gens à dos, l’aide à la propagation de ces fausses informations vous causera pour sûr du tort !

La bonne pensée à avoir : Qui aime qu’on parle de lui en son absence, surtout lorsqu’il s’agit d’histoires erronées ? Encore une fois, en participant à ces « murmures » dénoncés par le Pape François lors de son discours de fin d’année 2016, vous gâcherez à coup sûr vos chances d’avoir une vie amicale et familiale épanouie.


–  5. Vous vous résignez


N’avez-vous donc pas déjà remarqué une chose : le succès, c’est pour les autres ! Tout est beaucoup plus facile pour les autres personnes, grâce à une chose qu’elles possèdent, et pas vous : la chance ! Effectivement, tous ces gens qui réussissent dans leurs projets, ne le doivent qu’au fait d’avoir été au bon moment, au bon endroit, entouré des bonnes personnes, n’est-ce pas ? A quoi bon chercher à comprendre, quand c’est plutôt évident : il y a des gens qui ont de la chance, et vous n’en faites pas partie.

La bonne pensée à avoir : En y réfléchissant un peu, il se pourrait que cela soit plutôt une question d’audace, de ténacité et d’ambition, ne pensez-vous pas ?


–  6. Vous vous comparez aux autres


En observant constamment ce dont les autres disposent, ce qu’ils réussissent ou non, vous pensez que vous pourrez certainement mieux connaître votre propre valeur. Pourtant, ça vous rend surtout insatisfait de ce que vous êtes ou avez…

La bonne pensée à avoir : Les standards que vous essayez de vous forger sont sans doute erronés, et le risque des comparaisons, c’est surtout de ne plus voir vos propres réussites.


–  7. Vous ne vous fixez aucun objectif, aucune échéanc


Rester dans sa zone de confort, c’est si tentant ! Si on l’appelle ainsi, c’est qu’il y a forcément quelque chose de confortable. De plus, la vie est assez dangereuse alors pourquoi tenter des choses nouvelles ? Finalement, une routine, même si elle ne vous plaît pas, est assez rassurante et sécurisante.

La bonne pensée à avoir : Pourtant, il y a quand même sûrement, au fond de vous, des choses que vous aimeriez faire, acquérir, ou atteindre. A long terme, vous n’obtiendrez rien si vous ne vous fixez pas au moins quelques objectifs et échéances. Croyez-vous que vous auriez plus à perdre qu’à gagner ? Afin de ne pas quitter cette vie en ayant le sentiment de ne pas avoir assez essayé, rassurez-vous en vous rappelant ce proverbe : « Qui ne se plante pas, n’a aucune chance de pousser ».


Par Fanny Leroux



Pour les plus téméraires et les plus ambitieux qui souhaiteraient rater leur vie de manière absolue , nous conseillons le livre de Dominique Noguez


"Comment rater complètement sa vie "


  • Résumé du livre : Rater sa vie, a priori on trouve ça plutôt simple, facile, voire naturel… Certains pourraient même passer pour des spécialistes "ès ratage". Attention, ils ont trouvé leur maître ! Dominique Noguez a disséqué le "ratage de vie". Présentée comme un art, une science, une philosophie, cette notion particulièrement déprimante passerait presque, grâce à ce livre, comme un but avouable. La première partie se révèle cyniquement passionnante. Explication de texte : "Une vie ratée est : 1) une vie malheureuse, certes 2) mais pas trop", sous peine de tomber dans le tragique. Alors, quel raté êtes-vous ? Un raté conscient, inconscient ? Un raté social ("l'artiste est un escroc pour le savant, qui est une bouche inutile pour le conquérant, qui est malfaisant pour le saint… Chacun voit midi à sa porte et le ratage chez le voisin.") ? Un raté pour cause politique (regardez les Québécois "Le Québec est un peuple conquis qui ne domine pas l'économie de son pays et survit dans la pénombre du géant américain") ? L'auteur complète sa théorie de "ratologie" par des exemples historiques et des formules mathématiques loufoques. Mais le grand moment de lecture reste les quarante-trois principes de base où chacun devrait trouver chaussure à son pied et principe à sa vie (ratée) : si vous vous plaignez tout le temps, faites le vide autour de vous et si vous êtes aussi totalement inconséquent… souriez, vous êtes raté ! Et s'il vous reste, malgré cela, un zeste d'optimisme, Noguez vous délivre quelques trucs pour s'exercer métier par métier et vous réserve quelques exercices avant de mourir… Conclusion : Oui, ce livre nuit gravement à la sant


Acheter le livre