AU-DELÀ DES CODES! Se libérer de soi pour enfin se retrouver...

"Prisonnier de son propre corps, l'être humain cherche constamment à l'extérieur ce que l'introspection pourrait lui apporter, cette liberté intangible dont il est déjà intimement propriétaire"!


Avant-propos


Qui ne s'est jamais senti emprisonné de son propre corps, de son propre rôle, cadenassé dans une succession de missions à pourvoir pour son travail, sa famille et ses amis.

Nous avons tous ressenti un jour cette impression de vide intérieur, cette sensation de n'avoir jamais le temps d'être totalement soi et parfois même de ne plus savoir qui on est véritablement.

Encadré par le regard des autres, par la publicité censée nous formater à une vision manichéenne du bonheur dépourvue de toute nuance, nous errons au fil des jours et des années qui s'égrainent et nous nous éloignons progressivement de nous-même et de nos aspirations profondes que nous ne retrouvons que très épisodiquement dans des états d'ivresse extatiques ou d'autres comportements désinhibiteurs plus ou moins addictifs et souvent pour la plupart très dangereux.

Pourtant, nous savons tous secrètement que ce genre de dérives n'est qu'un emplâtre sur une jambe de bois qui ne fait que repousser cet inévitable constat:

celui qui nous révèle tôt ou tard que nous ne savons pas qui nous sommes véritablement une fois que nous osons enfin nous regarder dans le miroir de notre âme


NARCISSE à la recherche du soi profond


Parmi les figures emblématiques de la mythologie, il en est une faisant partie intégrante du quotidien de chacun qui au-delà de la symbolique très négative que nous lui prêtons depuis presque toujours se révèle avoir perdu son sens initial dans les abîmes de cette eau dans laquelle il se mirait et cherchait lui aussi désespérément à savoir qui il était!

Non, la figure de Narcisse n’exprime pas l’égocentrisme grossier dont on l’affuble couramment. Hautement plus subtile, cette allégorie évoque l’identification.


Dérivé du grec narkê (sommeil), Narcisse symbolise d’abord la léthargie intellectuelle. L’esprit endormi, réduit à l’esclavage de sa propre connaissance, ne songe même plus à se libérer. Rejetant la nymphe Écho, Narcisse ignore la portée du langage. Lorsqu’il observe l’eau, élément associé au mental, c’est lui-même qu’il voit. Ce reflet de soi dans les eaux psychiques représente l’identification à la parole et à la pensée. L’attachement généré par des idées indues éloigne l’être de sa nature.


Concrètement, ce qui n’est résolu intérieurement se retrouve matérialisé, manifesté à l’extérieur. Ainsi en est-il de la recherche de soi. Parfois, des frères jumeaux inséparables cultivent une ressemblance capillaire, vestimentaire et comportementale. Cette recherche du double parfait, de l’autre moi, est celle d’une complétude qui pourtant ne peut exister en dehors de soi. En amour, on voudrait rencontrer sa « moitié » quand il s’agirait plutôt d’être soi-même entier, suffisamment autonome et indépendant pour accueillir « l’autre ».


Narcisse représente cette projection permanente du « moi » dans les enjeux non choisis du monde conditionné, auxquels nous répondrons durant toute notre vie à moins d’une prise de conscience fondamentale. Comme la plupart des protagonistes mythiques, Narcisse meurt à l’illusion pour renaître dans l’au-delà. Depuis les cieux (de l’esprit), il scrute encore le Styx (*), affluent du fleuve des enfers, ces derniers reflétant le savoir caché (qui n’est pas caché bien loin). C’est par la méditation, la réflexion en dehors des sentiers battus, que l’on (re)découvre l’indispensable sens des mythes et des représentations, composant notre imaginaire.


STEP BY STEP

Se détacher de l'attachement


Il est un attachement bien plus difficile à identifier et à couper, c'est l'attachement à vous-même. Vous avez une représentation de vous à laquelle vous êtes attaché mais, en vérité, cette représentation est fausse ou incomplète et grandement erronée. Vous avez aussi des espoirs, des ambitions spirituelles ; des concepts à propos de ce qu'il est bon de faire pour mener une vie idéale. Vous voulez peut-être aussi aider les autres à se réaliser mais vous, êtes-vous réalisé ?

Voilà des attachements difficiles à détacher. Pourtant il faudra bien en passer par là !

Sans détachement pas de Libération. Tout le monde parle de liberté; et c'est ma liberté par ci, ma liberté par là mais tout le monde est attaché à sa représentation de lui-même et de la société. La première des libertés est de se détacher de ces attachements-là.

Ce qu'il y a c'est que beaucoup voudraient se libérer sans se remettre en question, tant ils sont enkystés dans l'image qu'ils ont d'eux-mêmes.


Certains, certaines ont l'ambition d'être meilleurs mais

meilleurs que qui ? Meilleurs que quoi ?


Est-ce que d'être meilleur suffit à être comme il faut ? Dans la recherche du soi, il ne s'agit pas d'être des gens comme il faut au regard de la loi, de la morale, de la philosophie, de la religion...je ne veux pas dire que vous pouvez vous exonérer de respecter la loi et la morale, non: le respect des lois et de la morale du pays et de l'époque où l'on vit est important, sur La Voie, ça fait partie de l'agya;(*) mais ce n'est pas le propos de la spiritualité, en tout cas ce n'est pas celui de La Voie !


Se libérer de sa personnalité pour devenir soi-même

Avec son roman à suspense sorti en 2018 , "Laurent Gounelle" vous entraîne au cœur d’une histoire exaltante dans laquelle vous allez vous perdre… et enfin vous retrouver.


Deux ans après le livre ‘Et tu trouveras le trésor qui dort en toi’, Laurent Gounelle poursuit sa quête de la spiritualité dans ‘Je te promets la liberté’. Un sixième ouvrage dans lequel l’auteur explore les neuf personnalités de l’ennéagramme. À travers cet enseignement, il nous apprend à surmonter nos peurs pour devenir pleinement nous-même en se libérant de notre personnalité.


Imaginez : votre employeur vous laisse dix jours pour sauver votre poste et, le soir même, votre conjoint vous laisse entendre que votre couple n’en a plus pour longtemps… Dans les deux cas, on vous reproche votre personnalité, mais qu’y pouvez-vous ?

Lorsqu’un ami vous parle d’un homme mystérieux, membre d’une confrérie très secrète détentrice d’un savoir ancestral, qui a le pouvoir d’installer en vous une toute nouvelle personnalité, la perspective est peut-être tentante…


C’est ce qui arrive à Sybille Shirdoon, l’héroïne de cette histoire : confrontée à l’échec, à la séparation, à la trahison, mais aussi au bonheur, à la joie, à l’amour, elle s’embarque alors dans un chemin extraordinaire vers la découverte de soi et des autres.


Dans cet ouvrage, Laurent Gounelle évoque un enseignement spirituel tiré de la pensée "d’Evagre le Pontique"(*). De quoi s’agit-il exactement ?


« Il s’agit de tout ce qui permet de cartographier la psyché humaine à travers le plus ancien et le plus méconnu des modèles de personnalité: l’ennéagramme.(*) L’idée est que notre personnalité est un ensemble de filtres, de croyances sur tout ce qui nous entoure. Le modèle de l’ennéagramme propose neuf visions de la vie, de soi-même et des autres. Le présupposé derrière ça, c’est que pour devoir être pleinement soi-même, il faut prendre conscience de ces filtres à travers lesquels on voit le monde et apprendre petit à petit à s’en libérer. »

« CE QUI VEUT DIRE QUE LA VRAIE LIBERTÉ CONSISTE À SE LIBÉRER DE SA PERSONNALITÉ. »



Une Prise de recul est nécessaire pour arriver à un tel cheminement.

« La prise de recul aide à comprendre ce qu’il y a en nous. Il y a un piège, dans l’existence, qui est d’avancer la tête dans le guidon en s’accrochant à tout ce qui peut nous donner une illusion de plaisir. C’est notamment le cas lorsque l’on se retrouve dans un mode de consommation d’existence. Le but, c’est de découvrir ce qui nous épanouit vraiment et aller dans ce sens en ne cédant pas trop aux plaisirs faciles qui vont plutôt nous détourner de notre objectif voire nous rendre malheureux. »



Sans prise de conscience de notre véritable identité, sommes-nous donc des versions biaisées de nous-même ?

« Oui quelque part, d’où l’intérêt de ce travail sur soi. Sinon, on peut être à côté de la plaque toute sa vie et vivre dans des illusions qui rendent malheureux ou avoir des événements qui vont se répéter. Les personnes qui se sont libérées de leurs peurs vont devenir quelque part des champions de la confiance. »



Où s’arrête la limite entre le développement personnel et la recherche de la spiritualité?


« C’est un peu la même chose. Le développement personnel qui n’irait pas sur le terrain spirituel risquerait de rester bloquer à des techniques qui vont vite trouver leur limite. Il y a un ordre dans l’évolution et le travail sur soi.

Tout d’abord, il faut commencer à un niveau psychologique avant de commencer à s’intéresser au spirituel. Sinon il y a un vrai risque de se perdre. Une fois qu’on est bien avec nous-même, on va être moins obsédé par telle ou telle quête, comme le besoin de reconnaissance ou d’appartenance. On va pouvoir ainsi commencer à se questionner sur, par exemple, la place de l’Homme dans le monde ou dans l’univers. On arrive donc très vite dans des problématiques spirituelles. »


Par Laura Sengler


Vous l'aurez sans doute compris l'objectif est d'avancer vers un chemin de sagesse qui nous libère progressivement de toute forme de dépendance et d'attachement. Attachement de son image, du regard des autres vis-à-vis de soi, de l'attachement du besoin de contrôler les choses et les évènements. Le paradis intérieur passe invariablement par le lâcher prise qui veut que rien ne nous attache à la vie si ce n'est notre propre faculté de nous laisser porter par elle en totale et absolue confiance.



https://www.city-magazine.eu/edition










(*) Styx : Dans la mythologie grecque elle est une Océanide, fille aînée d'Océan et de Téthys, ou une déesse, fille d'Érèbe (les Ténèbres) et de Nyx (la Nuit) selon d'autres traditions. Elle personnifie le Styx, l'un des fleuves et points de passage des Enfers.


(*) l'agya : Chakra est le centre de la clarté et de la sagesse. Il forme la frontière entre la conscience humaine et divine. ... À partir de ce Chakra, il n'y a plus de symbole animal. À ce niveau, il ne subsiste que des qualités humaines pures et divines.


(*) Évagre le Pontique (en grec médiévalΕὔαγρος ὁ Ποντικός / 'Evαgros o Pontikós) (346-399) est un moine du ive siècle ayant vécu dans le désert d'Égypte ; il fut le premier qui systématisa la pensée ascétique chrétienne.


(*) L’ennéagramme est, à l'origine, une figure ésotérique (le mot a été construit avec la racine grecque ennea qui signifie neuf et gramma dont le sens est figure) ancienne, que Georges Gurdjieff a réintroduit en Occident au début du xxe siècle.

L'ennéagramme, dans des conceptions dérivées, s'est diffusé comme une méthode de développement personnel (alors appelé « ennéagramme des neuf types de personnalité ») au travers de divers auteurs à partir des années 1970 aux États-Unis dans le courant de la psychologie humaniste. Cette méthode est aujourd'hui également utilisée dans le domaine du management, et fait l'objet de nombreux séminaires, livres, magazines et DVD.