J'ai quitté un homme violent...

Bonjour a toutes et tous

Je vais vous expliquer mon cas, car j'ai besoin d'en parler et d'avoir vos avis pour tenir le coup cette fois:




Je viens de quitter mon compagnon et j'ai même porter plainte contre lui! J'étais avec un homme violent, jaloux depuis deux ans et demi. J'ai 26 ans et on vivait ensemble. Il a toujours été violent par période avec le même scénario type de violence, excuse jusqu'à la prochaine fois... Il a réussi à m'isoler de mes amies c'est pour cela que je viens vous parler! J'ai peur de ne jamais m'en sortir! Il pouvait s'énerver pour rien et me battre, m'insulter pour ensuite regretter et s'excuser.... Il a dû me frapper une vingtaine de fois, enfin je sais pas trop, mais dans les moments où je réagissais où je le quittais et le virais de chez moi, au bout de quelques jours maximum deux semaines je le reprenais car je l'aimais ou plutôt étais devenue sa chose! Je pardonnais, l'excusais et oubliais. C'est ça qui me fait peur, cette faiblesse de ma part en oubliant ses violences pour ne penser qu'aux bons moments passés ensemble. Mais cette fois je suis sûre de moi, j'ai même porté plainte. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase C'était un après midi, il s'est énervé contre moi et m'a frappé ( me poussant pour me faire tomber, me mettant la main sur la bouche pour m'empêcher de crier, me tirant par les cheveux, des coups sur le crâne, me collant contre un mur ) j'avais des marques plein le visage, la bouche enflée, des traces sur le visage, les cheveux arrachés, crachant du sang, bref le visage en feu. Puis il m'empêchait de sortir de peur des représailles ( que l'on me voit dans cet état: police, amis, famille chez qui je voulais trouver réconfort) Il m'a empêcher de sortir de la maison, prit mon téléphone et dis que je resterais là avec lui pendant une semaine que je le veuille ou non pour me faire payer, car quand il me fait ça je lui dis "vas-t'en je veux plus te voir!!" Il n'accepte pas que je lui dise "je te quitte", alors là il devient incontrôlable, presque sadique, il n'est plus lui ( car il est gentil quand il est normal ), j'avais peur, peur qu'il me tue, je faisais des crises d'angoisse d'être autant en danger sans pouvoir rien faire, je refaisais la gentille, le suppliant d'avoir pitié de moi et d'arrêter, de redevenir "lui-même" et il en rajoutait ! Bref de 13 à 17h c'était comme ça.


Puis il s'est calmé en me disant qu'il me laisserait sortir juste faire les courses si en échange je lui prêtais ma voiture ( alors que je ne voulais pas car il s'est fait retirer le permis ) mais mon instinct de survie me poussa à accepter son "marché" il me libéra tout en restant avec moi au téléphone pour ne pas que j'aille me plaindre, mais arrivé dehors j'étais libéré donc je me dis que la seule solution c'est d'attendre qu'il revienne avec ma voiture et qu'il me rende les clefs une fois qu'il serait en haut dans l'appartement et qu'il me lancerait les clefs par la fenêtre, ( pour ne pas me retrouver bloqué dans l'appartement) bref finalement je ne suis pas rentrée et je suis restée dehors toute la soirée ( j'ai même appelé SOS femme battue) et lui me voyant pas rentrer comme promis et moi ne lui répondant plus au téléphone, il a fini par me chercher et en pleine rue il m'a trouvé alors que je parlais à deux hommes à qui j'avais raconté mon histoire, il est redevenu fou, m'a sauté dessus et m'a prise par les cheveux en me trainant pendant au moins dix mètres, j'ai cru que j'allais mourir, tout était flou, un des deux hommes est intervenu, j'ai pu m'échapper, j'ai couru le plus vite possible jusqu'au commissariat de police qui n'était heureusement pas loin, j'étais en plein état de choc. Les policiers m'ont écouté et sont venus sur le lieu comme il n'y étais plus, ils sont montés chez moi pour l'arrêter, ils m'ont ensuite interrogé, j'ai porté plainte pour violence conjugale, je leur ai ramené les deux certificats médicaux que j'avais déjà fait établir au cas où ce jours-là arrive justement, ils ont été super avec moi et lui a passé la nuit et le lendemain au trou, et il va passer en procès, je suis choqué je suis retournée chez ma pauvre maman à qui j'ai fait subir tous cela et j'ai honte de moi,


Par Agathe



Conseils de lecture

SARIAH

Chronique d'une femme battue: Soumise a lui par Amour

Chronique

C'est l'histoire de Sariah Araf-Anani, belle et jeune armieniene (plus ou moin) de 20 ans, marrie depuis ses 15 ans a Aladiin Manik-Hivak , bel homme de 22 ans. Helas Sariah est amoureuse de son mari mais cet amour n'est pas reciproque , hey oui, Aladiin bat, viole et trompe sa femme en sa presence. Ell a plusieurs fois essaye de s'enfuir de lui afin de l'oublier mais elle est sa prisoniere et l'amour que cette dernière a pour cet homme l'affaibblis et la rends aveugle face a des situations sexuelemnt compromettantes dont son mariage l'expose, mais tous cela doit il la menne a la perte de son epanouissement ou meme a sa mort........... va-t-elle enfin trouver les cou..... jveux dire le courrage et la force de quitter celui-ci vous le decouvrirez en lisant le livre.


Lire la chronique en ligne et interagir



SILENCE ON COGNE


Essai (broché)


Auteur Sophie Boutboul Alizé Bernard

Date de publication 220-11-2019

Label Grasset & Fasquelle

Éditeur Grasset & Fasquelle

Format 15 x 21



Alizé Bernard a été victime de violences conjugales. Si elle savait les difficultés qu’ont les femmes à parler et à se faire entendre, elle n’imaginait pas combien le statut de son conjoint rendrait son combat pour s’en sortir plus difficile encore. Car ce dernier était gendarme. Or comment faire quand celui qui vous bat se sert de son statut, représentant de l’ordre, de sa place dans l’institution policière, de sa connaissance des procédures et des liens supposés de solidarité avec ses collègues, pour vous intimider, vous dissuader de vous défendre et faire valoir vos droits ? A Sophie Boutboul, journaliste travaillant sur les violences faites aux femmes, elle a accepté de raconter son histoire ; les mois de silence, isolée en caserne, persuadée que nul n’accepterait de la croire, la peur démultipliée devant un homme incarnant la loi et disposant d’une arme de service, puis les années de luttes, seule, pour faire valoir ses droits malgré les obstacles qu’elle dénonce  ; les tentatives de dissuasion de certains gendarmes, les procédures non respectées, l’absence de sanction hiérarchique, l’indulgence de certains juges. L’impression de se battre contre un système.


Commander



SI SEULE...MENT


Auteur Carole Arribat

Editeur Kawa

Date de parution 23-02-2016

Format 15 x 21


« Se trouver dans un trou, au fond d'un trou, dans une solitude quasi totale et découvrir que seule l'écriture vous sauvera. » Marguerite Duras. Carole découvre ainsi qu'écrire c'est comme hurler en silence. Une sorte d'exorcisme, un moyen comme un autre de retrouver goût aux plaisirs de la vie. Car, la vie n'a pas de prix et après avoir sombré dans l'enfer des violences conjugales, elle ne pouvait se résoudre à n'être qu'une victime. Ce livre est comme un cri que pousse un nouveau né lorsqu'il arrive au monde, une expression de la liberté retrouvée et surtout une thérapie qui lui aura permis de comprendre comment et pourquoi elle a pu tomber aussi bas. Une sorte de renaissance qui, au travers de ces lignes, a pris forme dans son esprit. Carole nous dit : ce récit est un témoignage autobiographique qui, je l'espère au plus profond de moi, donnera la force et le courage aux victimes de croire en elles et en cette rage de vivre que chaque être humain garde au fond de lui. N'oubliez jamais que la seule personne que vous devez aimer plus que tout, c'est vous.


Commander

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon
  • White YouTube Icon

© 2019 by MACLEOD -PRODUCTION - Quality - Project - Management