Laurent Moutoy, attachant, ambitieux, passionné... Ce jeune chef a du talent !

Un samedi soir à Gembloux, une ville située dans la province de Namur. Je me dirige vers le restaurant de Laurent Moutoy.


Je repère le bâtiment qui ne ressemble pas vraiment à un resto vu de l’extérieur. Je pousse une première porte, pas la bonne, puis je trouve enfin l’entrée qui mène vers un couloir. J’ai l’impression d’entrer dans une maison, ce qui est le cas. Laurent y a ouvert dans un premier temps sa cuisine traiteur, après avoir exploité dans la maison familiale, pour ensuite transformer son ancien bureau en salle de restaurant. C’est assez atypique. Nous passons par la cuisine pour accéder à la petite salle intimiste de 20 places à peine.


Dans les tons bleu, blanc et doré, la salle joliment décorée est vraiment très petite et donne sur la cuisine ouverte. D’ailleurs dans cette même cuisine dînent 4 personnes sur la table de dressage, c’est le concept ! Vous vous doutez qu’il faut réserver bien à l’avance pour avoir la chance de manger en cuisine.


Restaurant Maurent Moutoy - crédit photo Gaëlle Troubat

Nous sommes très bien accueillis par un tout jeune garçon en salle. Laurent et son second, très jeunes eux aussi, s’affairent dans la cuisine. L’ambiance générale est agréable.


Restaurant Maurent Moutoy - crédit photo Gaëlle Troubat

On nous présente la carte, dans une boîte, original… De même que la carte des boissons est affichée sur une bouteille. Pourquoi pas, ça change.

Pas de carte des vins par contre, ici il faut prendre le forfait suggéré par le chef.


Restaurant Laurent Moutoy - crédit photo Gaëlle Troubat

Nous avons le choix entre 3 menus, dont le « découverte » en 3 services. Nous prenons le menu « balade gourmande », 2 entrées, 1 plat et 1 dessert…ce qui est déjà énorme pour moi ! Pourvu que j’arrive au bout… On aurait pu faire encore plus fort et choisir le « menu plaisir » en 5 services… Note : Il est également possible de choisir les entrées et plats à la carte.


Très vite nous recevons 2 amuse-bouche, un froid et un chaud ainsi qu’un choix de pains faits-maison, j’apprécie ! Le beurre artisanal vient de chez Lionel Plaquette. Nous choisissons celui à la truffe (on ne se refait pas…).


Restaurant Laurent Moutoy - crédit photo Gaëlle Troubat



Ici les produits sont frais, de saison et issus de circuit-court. Les noms des producteurs et artisans sont d’ailleurs mentionnés dans la carte. Les assiettes sont dressées minute avec précision. C’est une des raisons pour lesquelles Laurent a voulu se lancer dans la restauration. A peine sorti de l’école hôtelière de Namur, il ouvre son service traiteur et 5 ans après, son restaurant. Il avait envie de « poser ses bagages » et prendre le temps de travailler différemment, avec plus de précisions sur le dressage, sur la création de cartes et menus.


Ce n’est pas pour autant qu’il abandonne le traiteur. Et comme si ce n’était pas assez, il donne également des cours de cuisine deux fois par mois et propose ses services en tant que chef à domicile. Il est dynamique Laurent et il gère du haut de ses 25 ans !


J’ai l’occasion de discuter avec un couple qui mange à côté de ma table. Ce sont des clients fidèles du service « traiteur » et du service « chef à domicile ». Ils ne tarissent pas d’éloge sur la qualité du travail et la sympathie du chef et de son équipe. Ce soir ils sont venus tester le resto pour la première fois. Il faut dire que ce n’est ouvert que depuis 3 mois. Ils sont conquis. Pari réussi pour Laurent.


Comme le dit le chef, ce n’est pas un concept de restaurant comme les autres. Installé dans une ancienne maison, le cadre est comme je l’ai dit, atypique. On peut ne pas aimer la promiscuité au restaurant cependant, il faut venir ici pour la qualité de la cuisine bistronomique, déguster des produits de saison et locaux, la précision des cuissons et du dressage, le concept « cuisine ouverte ».


Je dirais de plus qu’il faut encourager nos jeunes chefs !


Attachant, ambitieux, passionné... Laurent a du talent !

Oui c’est vrai, je l’aime bien Laurent, je suis touchée par sa bonhomie et sa volonté.


Et sinon qu’avons-nous mangé ?


En première assiette :


Anguille fumée carottes radis poireaux



Et jambon de Pays, légumes en texture, crémeux châtaigne



En deuxième assiette :


Filet de caille, salsifis, topinambours.



Et filet de skreï, safran, agrumes.

(Note : cuisson du poisson au top! )


En plat :


Magret de canard, oignons, choux, pomme de terre.



Et filet de porc PQA (porc qualité Ardennes), polenta, bière, légumes de saison.



En dessert :


Mousse chocolat blanc, fruit de la passion, orange.