LE TEMPS N'EXISTE PAS ...

Astrophysique, le temps n’existe pas ; Adam Frank

Pour Julian Barbour, le temps n’existe pas

Le nouveau livre de l’astrophysicien Adam Frank mêle la cosmologie avec l’humanité. comment notre compréhension de l’univers et le temps cosmique informer notre vie quotidienne? surtout si le temps est une illusion?



Si vous essayez de tenir le temps entre vos mains, il vous glissera toujours à travers les doigts», dit Barbour. “Les gens sont sûrs de ce que représente le temps, mais ils ne peuvent pas mettre la main dessus. Mon sentiment est qu’ils ne peuvent pas l’appréhender parce que le temps n’existe pas, tout simplement.” Barbour parle avec un charme anglais désarmant qui dément une volonté de fer et la confiance inébranlable dans sa science. son point de vue extrême vient des nombreuses années de recherche dans le cœur des physiques classique et quantique. Isaac Newton pensait le temps comme une rivière qui coule au même rythme partout. Einstein changé cette image par l’espace et le temps d’unification en une seule entité la 4-D. mais même Albert Einstein a échoué à contester la notion de temps comme une mesure du changement. de l’avis de Barbour, la question doit être retournée dans nos têtes. il est le changement qui fournit l’illusion du temps qui n’existe pas, il faut canaliser le fantôme de Parménide, Barbour voit chaque instant individuel dans son ensemble, complet et existant de son propre droit. il appelle ces moments «maintenant» ou tout simplement l’instant présent.


Seul le présent existe

“La vie que nous vivons nous semble se déplacer à travers une succession de “maintenants”,dit Barbour », et la question est, quels sont-ils ces instants ?” pour barbour, chacun est maintenant un arrangement du Tout dans l’univers. “Nous avons la forte impression que les choses ont des positions définies par rapport à d’autres. Je vise à abstraire tout ce que nous ne pouvons pas voir (directement ou indirectement) et simplement garder cette idée que beaucoup de choses différentes coexistent en même temps, mais il n’y a tout simplement que le maintenant, rien de plus, rien de moins, à part le maintenant, le temps n’existe pas, n’existe plus. “




notre illusion du passé se pose parce que chaque maintenant Platonia contient des objets qui apparaissent comme des «documents» dans la langue de Barbour. «La seule preuve que vous avez de la semaine dernière est votre mémoire.


1 Les évènements

Notre cerveau est conçu pour analyser les informations qui lui sont envoyées par les sens, répondre à des stimuli et prendre des décisions, le tout dans un environnement donné. Ce que nous percevons n’est donc pas nécessairement la réalité physique, mais une réalité utile pour assurer notre survie. Il existe plein de choses qui existent mais que nous ne percevons pas (par exemple les champs magnétiques tels que les rayons X ou Gama) et d’autres que nous percevons sans qu’elles correspondent pour autant à une réalité physique (par exemple la verticalité ou l’horizontalité, deux notions qui n’existent pas dans l’univers, mais qui sont utiles dans notre environnement immédiat). Le temps est une de ces notions sans réalité physique, une illusion fabriquée par notre cerveau pour justifier la succession des évènements, qui sont une suite de causes et que nous appelons « temps ».

Et si nous ne pouvons pas remonter le temps, c’est tout simplement parce que le temps n’existe pas ; on ne peut en effet remonter une dimension qui n’existe pas.


2 Le vieillissement

Nous ne vieillissons pas parce que le temps passe, nous vieillissons parce qu’au moment de la reproduction des cellules, la réplication de l’ADN est imparfaite. Une partie du message (quelques molécules) se perd. Les personnes qui restent jeunes longtemps ont une réplication de leur ADN qui est davantage conforme à l’ADN des cellules mères ; ces personnes ne font donc pas jeunes, elles le sont. Au même âge, nous n’avons pas tous le même âge. C’est donc bien la causalité qui joue et non le temps.


3 Les souvenirs

Nous avons des souvenirs, mais nous avons également des livres dans lesquels sont relatés des évènements. Que ces évènements aient laissé des traces dans notre cerveau (qu’ils aient imprimé des axones) ou dans des caractères d’imprimerie ne change rien et ne prouve en rien l’existence du temps.



4 La mesure

Et bien non, nous ne mesurons pas le temps. Ce que mesure la trotteuse d’une montre est un angle, donc un espace. Une année est un nombre, qui correspond à une rotation de la Terre autour du Soleil. Le temps, tel qu’il est mesuré par les horloges atomiques, est également un nombre, le nombre de vibrations d’un atome de césium. On ne mesure jamais le temps, mais de l’espace où des itérations. D’ailleurs, ni les jours ni les secondes n’existent ensemble, lorsqu’une nouvelle seconde arrive, la seconde qui précède disparaît. Nous aurions donc affaire à une dimension qui n’est jamais présente, tout simplement parce qu’elle n’existe pas.


5 Antériorités et postériorités

Louis XI a régné avant Napoléon, et ni Louis XI ni Napoléon ne vivaient ensemble au même moment, cela démontre-t-il l’existence du temps ? Non, cela démontre simplement que la chaîne de causalité menant à « l’évènement Louis XI » est plus courte que celle menant à l’évènement Napoléon, comme un fil électrique, ou un bâton, peuvent être plus courts qu’un autre.

Une évocation puissante de l’inexistence du temps est la perte de conscience. Lorsque nous dormons, ou lorsque nous sommes dans le coma pour une opération chirurgicale, à notre réveil nous avons le sentiment que rien ne s’est passé, comme si on avait appuyé sur un bouton. Cette perte de conscience a réduit le temps à zéro. Si nous extrapolons cet état d’inconscience à la mort, supposée durer l’éternité, nous nous retrouvons avec l’équation suivante : 1- « l’éternité de la mort, c’est-à-dire le temps, tend vers l’infini » (ce qui est tautologique) 2- « le temps de l’inconscience tend vers zéro » et donc : l’infini tend vers zéro, ce qui est bien sûr impossible. Lorsque nous dormons, nous « éteignons » donc le temps, là aussi parce qu’il n’existe pas.

Enfin, le dernier argument de l’inexistence du temps vient de la causalité elle-même : rien n’existe sans cause et tout ce qui existe est cause de quelque chose. Or, le temps ne trouve pas sa place dans la chaîne de causalité évoquée plus haut. N’étant cause de rien et conséquence de rien, le temps n’existe pas.






  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon
  • White YouTube Icon

© 2019 by MACLEOD -PRODUCTION - Quality - Project - Management