Vivre sans complaisance sa vie de femme célibataire

Rss wikio



Les gens ont tendance à penser que le célibat est la pire chose qui puisse arriver à une femme. Dans la société, dans les médias, la pression repose sur la femme célibataire à qui ont rappelle toujours le risque de finir seule et de ne jamais se marier.

Selon eux, être normale c’est être « casée », avoir une taille zéro, et paraitre affamée.

Si on rentre dans ces critères, alors le monde nous appartiendrait, ou nous accorderait enfin le bonheur et le plaisir de vivre comblée.


Si c’est le cas, alors qu’en est-il de celles qui n’ont pas l’air anorexiques, celles qui n’atteignent pas ces canons de « beauté », ou qui restent célibataires malgré cette pression de la société et des médias? son-elles malheureuses ou vivent-elles aussi bien?

Devrions nous nous sentir minables, ou malheureuses parce que nous sommes célibataires?

Eh bien voici les réponses que j’apporte à ces questions:

D’abord, le mariage n’est pas forcément pour tout le monde, Pour maintenir une relation conjugale saine, il faut beaucoup d’efforts, de concessions, et de dévouement.

Alors si l’on ne se sent pas prête à fournir ce genre d’effort, il vaut mieux rester célibataire jusqu’à ce que l’on soie prête.

Souvent je ne peux pas m’empêcher de vouloir poser la question suivante aux femmes qui se sont mariées un jour, et qui ont divorcées très peu de temps après ( pour ne pas dire la semaine d’après)

N’aurait-il pas été mieux valu de rester célibataire et d’attendre de rencontrer quelqu’un qui ne vous prenne pas pour acquise?

Malheureusement, ce n’est pas comme cela que ça se passe aujourd’hui.

Les femmes rêvent toujours d’une histoire comme dans ces films où les mariages sont comme des contes de fées et se terminent toujours bien.

Il est donc bien, parfois de savoir attendre.

Et si ce jour n’arrivait jamais?

Eh bien dans les prochains articles, je vous donnerai quelques conseils sur la façon dont vous devriez toutes profiter de la vie de célibataire, tout en étant active dans la vie, et tout en prenant du plaisir, et en ayant encore plus envie de prendre du plaisir.


Les couples qui vont et viennent

Aujourd’hui, la plupart des personnes savent qu’il n’est pas si simple de trouver un conjoint avec qui on restera toute la vie.

Les couples, tout comme l’épanouissement personnel de chacun, avancent, changent et s’améliorent, et dans ce voyage, il est fréquent d’avoir plus d’un compagnon affectif.

  • Nous pouvons passer des périodes merveilleuses avec une personne, pour ensuite terminer cette relation et vivre une nouvelle étape célibataire, en se sentant aussi satisfait.

  • Les deux moments peuvent être vécus avec une plénitude maximale. A partir du moment où notre contexte social le plus proche est respectueux et que nous ne subissons ni pressions, ni critiques.

  • La liberté personnelle est un bien qui n’est malheureusement pas cultivé dans de nombreuses cultures. Aujourd’hui, nous pouvons lire des nouvelles qui nous surprennent encore sur des petites ou des jeunes filles qui sont vendues comme de simples marchandises.

  • Les femmes ne sont pas des marchandises. On ne doit pas les percevoir comme « incomplètes » uniquement car elles n’ont pas de mari.

Nous sommes tous des êtres complets et nous nous limitons à avancer, à grandir, pour que petit à petit, notre miroir nous renvoie ce que nous souhaitons être, avec ou sans conjoint(e).





Être une femme célibataire et « ne pas chercher »

Voici un autre fait très fréquent que l’on peut voir dans les sociétés les plus avancées. L’idée que si une personne est célibataire, qu’elle soit homme ou femme, elle est obligée de rechercher sa « moitié ».

  • Il est clair que chaque personne peut faire ce qui lui plaît, peut rechercher quelqu’un si elle le désire, mais elle peut aussi opter pour ne pas le faire et permettre à la vie de lui apporter ce qui doit être.

  • Pendant ce temps, elle peut se limiter à être heureuse. Profiter des relations sociales, de sa famille, et de son travail. Nul besoin de recherche, car la seule aspiration que l’on a, c’est bien de devenir ce que l’on souhaite.

  • Cet équilibre et cette tranquillité intérieure offrent une grande plénitude et un grand bonheur.

De cette manière, elles peuvent réussir à construire des relations affectives plus matures, où les deux conjoints se trouvent en toute liberté, et se sentent complets, sans peurs, ni vides que l’autre doit combler.


La femme célibataire d’aujourd’hui

Revenons à l’une des théories d’Helen Fisher. La célèbre anthropologue a écrit son livre pour faire une critique du livre de Simone de Beauvoir, « Le Deuxième sexe ».

  • Dans ce livre, on trouve une série d’idées où on encourage les femmes à avoir plus confiance en leurs propres capacités. Pour devenir des leaders dans leurs contextes personnels.

  • Selon Helen Fisher, les femmes ont un cerveau plus intuitif et empathique qui peut être d’une grande utilité dans un contexte professionnel et d’organisation. D’où l’intérêt de lutter.

  • Les femmes doivent trouver leur bonheur de la manière qu’elles le souhaitent. Avec ou sans conjoint, avec une famille nombreuse ou sans enfant, ou avec un travail renommé ou simple, qui leur apporte de la sérénité.

Il suffit d’être des personnes qui se respectent entre elles, dans le but de créer une société plus libre. Et avec les mêmes opportunités pour tous.




  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon
  • White YouTube Icon

© 2019 by MACLEOD -PRODUCTION - Quality - Project - Management